On était à la Nuit Ciac, le 24 novembre 2018!

Allez, ça fait des mois qu’on l’attend, cette fiesta d’anniversaire des 7 ans des Ciac Boum. Un groupe qui ose un bal de 6 heures à lui tout seul, c’est un peu la classe à Dallas. Doublé d’une performance scénique qui présuppose une préparation de champion, ou un total défi aux limites du groupe : la nuit Ciac, c’est déjà Noël avant l’heure avec le réveillon en prime. Désormais, il y aura 2 camps: les 1000 happy few de la

TrashTrad #013, le questionnaire à la con de Youen Bodros

Il ne porte pas de marcel, ne raconte pas de bêtises dans le micro, alors forcément, quand le duo Le Bour/Bodros anime une soirée, on aurait tendance (en dehors de toute considération musicale) à davantage prêter attention à son compère Timothée Le Bour… à tort. Youen Bodros, sous son air sage, a une capacité à faire marrer, à se moquer (gentiment, bien entendu), et à l’autodérision digne des plus grands. ………………………………………………………… La danse dont tu ne te lasses pas : la

Yaouank 2018 : vous y étiez, vous en parlez !

Comme ça avait donné des choses intéressantes l’année dernière et qu’on trouve que décidément ça a plus de sens d’avoir plein de voix différentes pour commenter un événement comme Yaouank plutôt qu’un seul avis, on a relancé la collecte des impressions des uns et des autres pour cette édition 2018. Encore trop peu de réponses pour avoir un panorama représentatif sans doute, mais des gens qui ont pris le temps de dire, insistant sur des aspects différents ou bien donnant

Alors, Yaouank 2018, c’était comment?

Comme l’année dernière, on se propose de collecter vos avis pour composer un article collectif sur ce qu’a été cette édition anniversaire du « plus grand fest-noz de Bretagne » (donc : du monde). Nous restons que ça reste plus pertinent qu’un avis isolé, tant les ressentis peuvent être variés, voire contradictoires dans la manière de vivre cette soirée de plus de 12h. On vous a laissé le temps de redescendre un peu, mais tant que c’est encore chaud, en vrai, vous

Pibole, ou « l’éducation populaire m’a sauvé! »

Découvert il y a deux ans dans le cadre du festival de Bouche à Oreille, à Parthenay, pour sa première officielle, « Pibole » est un spectacle atypique et marquant. Pour tout un tas de raisons. Créé par Gérard Baraton, accordéoniste poitevin, il narre le parcours de l’adolescent qu’il était et sa rencontre avec un petit branleur, Pibole, incarné par Christian Pacher (Ciac Boum). Issus du milieu rural, de familles nombreuses, les deux gamins vont, par le biais de la maison des

TrashTrad #012 – le questionnaire à la con de Grégory Jolivet

Apnéiste fasciné par le grand bleu, skater, fan de Kaki King et de Jeanne Added entre autres, berrichon revendiqué, bourréiste émérite au sein notamment de La Machine mais pouvant s’exporter avec des groupes phares comme Blowzabella, Greg Jolivet cultive une identité kaléidoscopique. On est allé le rencontrer à La Borne en plein Berry pour entrer en OVNI (Osmose Viellistique Non Identifiée). Et pour se taper un quart d’heure de franche rigolade avec notre questionnaire à la con. ………………………………………………………………………………………………………………………………………………. La danse

La guitare en musique bretonne (7) : entretien avec Yohann Le Ferrand

Après un temps de pause estivale, voici le cinquième et avant-dernier des entretiens réalisés il y a 6 ans par Heikki Bourgault dans le cadre de son mémoire consacré à « la pratique actuelle de la guitare et de l’instrument accompagnateur en musique bretonne ». La démarche générale, notamment autour du support utilisé pour aborder la pratique de l’instrument, a été présentée précédemment. Ces entretiens, comme autant d’approches possibles du rôle de guitariste en musique bretonne, sont relativement anciens, même s’ils ne

Folkiri, carrefour trad au Mans

Il est parfois compliqué de faire de la place à tous, usant d’organiser des événements en accueillant des gens qui n’ont aucune conscience de tout ce que ça implique, désespérant de voir des chapelles s’ignorer et végéter plutôt que de travailler ensemble (quitte à constater ses différences et s’enrichir de ce qu’elles peuvent offrir de complémentaire). Il est rare, surtout, qu’un événement sache concilier tout ça et se paie le luxe de s’inscrire dans la durée en faisant salle comble.

On était à Moëlan-sur-Mer, le 29 Septembre

Il est des dates de bal que l’on note d’une croix dans notre agenda avant même d’en connaître la programmation. L’anniversaire du duo Landat/Moisson fait partie de ces événements que l’on attendait depuis des mois. Pas besoin d’autre justification que la certitude que ça allait être un joli moment, convivial, amical autour d’un duo de choc, lui même entouré d’amis… ……………………………………………………………………………………………………………………………………. Ce samedi 29 septembre, pour nous, c’était donc évident, c’est à Moëlan-sur-Mer qu’il fallait être. Au-delà des appréhensions classiques

C’était mon groupe : les Baragouineurs

Il y a des o.v.n.i.s salutaires dont on se souviendra toujours, des propositions artistiques aussi improbables que nécessaires, et le duo haut breton des Baragouineurs fait indubitablement partie de cette catégorie sur la scène fest-noz des années 2000. Prestations scéniques généreuses et conviviales, vrai sens de la fête et un sens du décalage qui neutralise les impératifs un peu snobs du « bon goût trad ». Retour avec Dominique Bussonnais et Rachid Bara, alias Gilles Evilaine et Claude Darmor, sur une épopée